Japon Passion de sylv1

Posts Tagged ‘tradition


image source:aikikaidethones.fr

image source:aikikaidethones.fr

cygne de séparation

avatar i love japan

Note de sylv1 adm:

Mardi 07 Mai 2013, 04h30:

yin et yangReportage Arté  inluant un savoir faire ancestral à travers l’artisanat , et traditionnlel au pays du soleil levant, ce documentaire est un véritable voyage initiatique.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

La diversité est une richesse, l’art un moyen d’expression

gif

bamboo

Mise à jour Japon passion de sylv1, le: 05/05/2013 à : 04h30.

BANNIeRE-JAPON-PASSION

Publicités

source article:http://www.sciencepresse.qc.ca/

Le fugu traditionnel en danger

Ariel Fenster, le 11 août 2011, 16h05

Le fugu, ce poisson qui fait partie du patrimoine culinaire et culturel du Japon, est menacé. En fait, ce sont ses propriétés toxiques qui sont menacées. Voici pourquoi.

Les Manchettes scientifiques d’Ariel Fenster

L’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill présente des capsules hebdomadaires sur des sujets défrayant l’actualité scientifique. Plus de renseignements sur ces sujets, ou d’autres d’intérêt général, sont disponibles en communiquant avec Ariel Fenster.

Professeur Ariel Fenster
Organisation pour la science et la société de l’Université McGill
514 398-2618

Le fugu, ce poisson qui fait partie du patrimoine culinaire et culturel du Japon, est menacé. En fait, ce sont ses propriétés toxiques qui sont menacées. Voici pourquoi.

Depuis des temps immémoriaux, les gourmets japonais se sont régalés de fugu, connu aussi sous le nom de poisson-globe ou poisson-ballon.

Régalés à leur risque et péril car le fugu contient un violent poison, la tétrodotoxine. Celle-ci se retrouve plus particulièrement au niveau du foie, des intestins et des organes sexuels. LIRE

Onbashira

Posted on: 8 avril 2011


A raised onbashira in Suwa Taisha Un Onbashira soulevées dans Suwa Taisha

Onbashira (御柱祭) is a festival held every six years in the Lake Suwa area of Nagano , Japan . Onbashira (御柱祭) est un festival qui a lieu tous les six ans  dans le lac Suwa domaine de Nagano , au Japon . The purpose of the festival is to symbolically renew the Suwa Taisha or Suwa Grand Shrine. Le but du festival est de renouveler la symbolique Taisha Suwa ou Suwa Grand Temple. « Onbashira » can be literally translated as « the honored pillars ». « Onbashira » peut être traduit littéralement par « les piliers de l’honneur ».

The Onbashira festival is reputed to have continued, uninterrupted, for 1200 years. Le festival Onbashira est réputé avoir continué, sans interruption, depuis 1200 ans. The festival is held once every six years, in the years of the Monkey and the Tiger in the Chinese Zodiac , however the locals may say « once in seven years, » because of the traditional Japanese custom of including the current year when counting a length of time. Le festival a lieu une fois tous les six ans, dans les années du Singe et le Tigre dans le zodiaque chinois , mais la population locale peut dire «une fois en sept ans, » en raison de la coutume traditionnelle japonaise de l’année en cours, y compris lors du comptage d’une longueur de temps.

Onbashira lasts several months, and consists of two segments, Yamadashi and Satobiki . Onbashira dure plusieurs mois, et se compose de deux segments, Yamadashi et Satobiki . Yamadashi traditionally takes place in April, and Satobiki takes place in May. Yamadashi a traditionnellement lieu en avril, et Satobiki a lieu en mai.

« Yamadashi » literally means « coming out of the mountains. » « Yamadashi » signifie littéralement « sortir de la montagne. » Before this portion of the festival, huge trees are cut down in a Shinto ceremony using axes and adzes specially manufactured for this single use. Avant cette partie du festival, des arbres immenses sont abattus dans un Shinto cérémonie à l’aide des axes et des herminettes spécialement fabriqués pour cette utilisation unique. The logs are decorated in red and white regalia, the traditional colors of Shinto ceremonies, and ropes are attached. Les journaux sont décorées dans des insignes rouges et blancs, les couleurs traditionnelles des cérémonies Shinto, et les cordes sont attachées. During Yamadashi, Teams of men drag the logs down the mountain towards the four shrines of Suwa Taisha . Au cours de Yamadashi, des équipes d’hommes glisser les journaux bas de la montagne vers les quatre sanctuaires de Suwa Taisha . The course of the logs goes over rough terrain, and at certain points the logs must be skidded or dropped down steep slopes. Le cours des billes va sur un terrain accidenté, et en certains points, les grumes doivent être glissé ou a diminué le long des pentes abruptes. Young men prove their bravery by riding the logs down the hill in a ceremony known as « Ki-otoshi. » Les jeunes hommes prouver leur bravoure par circonscription les journaux bas de la colline dans une cérémonie appelée «Ki-otoshi. »

« Satobiki » festival involves the symbolic placement of the new logs to support the foundation of the shrine buildings. « Satobiki » festival implique la mise en place symbolique de la nouvelle journaux pour soutenir la fondation du sanctuaire bâtiments. The logs are raised by hand, with a ceremonial group of log bearers who ride the log as it is being raised and sing from the top of the log to announce the successful raising. Les journaux sont soulevées par la main, avec un groupe de porteurs de journaux cérémonie qui montent le journal car elle est soulevée et chanter du haut de la bûche d’annoncer la levée de succès. This ceremony was performed as part of the opening ceremonies of the Nagano Olympics in 1998. Cette cérémonie a été réalisée dans le cadre de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Nagano en 1998.

After two festivals, there is an important event « Building of Hoden ». Après deux festivals, il ya un événement important « bâtiment de Hoden« . This event isn’t generally famous, and few people know that the event is held even among people who live nearby and participate in Yamadashi and Satobiki. Cet événement n’est généralement pas connue, et peu de gens savent que l’événement a lieu, même parmi les gens qui vivent à proximité et de participer à Yamadashi et Satobiki. The end of this event marks the end of Onbashira. La fin de cet événement marque la fin de Onbashira.La suite: article  source:http://en.wikipedia.org/wiki/Onbashira

vidéo:youtube

Onbashira Festival 2004 – Kiotoshi#1 御柱祭2004下社木落し#1

喜多郎 Kitaro – Wood Fairy from Gaia – Onbashira

Onbashira Festival, Harumiya, Nagano 御柱まつり 春宮四之御柱

Source image: http://www.jaltour.fr/JalTour/excursionsg.do

Article source: http://www.teaser.fr/~mzirnheld/japon/regions/ukai.htm

La pêche au cormoran est l’une des attractions majeures de Gifu, située à 30 km au Nord de Nagoya.

Aujourd’hui transformée en industrie touristique, cette pêche n’est plus pratiquée que par six familles de pêcheurs qui se transmettent ce privilège impérial. La saison de pêche s’étend du 11 mai au 5 octobre. Le premier poisson attrapé est destiné à l’Empereur.

Des cormorans dressés, retenus par une ficelle, plongent et capturent des ayus, petits poissons semblables à des truites, qu’un brasier a attirés à la surface. Le pêcheur fait remonter l’oiseau sur la barque et lui fait rendre sa proie.


Vers 18h30, les bâteaux quittent les quais, à hauteur de l’office du tourisme de Gifu (où l’on achète les places) et descendent de quelques kilomètres la rivière Nagara (Nagara Gawa) dont les eaux peu profondes sont claires et peu polluées.


Les embarcations à fond plat sont amarrées

le long d’un banc de galets, en attendant la tombée du jour qui survient vers 19h30.

La suite,

Autre article: source,

http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%AAche_au_cormoran

La pêche au cormoran est une méthode de pêche traditionnelle dans laquelle les pêcheurs utilisent des cormorans dressés à pêcher en eau douce. La pêche au cormoran était pratiquée au Japon (depuis 1 300 ans) et en Chine, et elle l’a été dans d’autres endroits. Alors que cette technique est toujours utilisée en Chine, elle a cessé d’être rentable au Japon et n’est plus qu’une attraction touristique.

Pendant longtemps, la pêche aux cormorans a été une activité importante au Japon, comme le souligne les nombreuses allusions dans les idéogrammes des noms de familles et dans certaines expressions.

La suite,

Liens externe:

http://www.molene.fr/oiseaux.htm

http://web-japan.org/nipponia/nipponia31/fr/animal/animal01.html

http://www.linternaute.com/voyage/magazine/photo/la-chine-terre-d-avenir-et-d-eternite/peche-au-cormoran-sur-la-riviere-li.shtml

vidéos youtube:

Pêche au cormoran

Cormoran fishing

 

Shimenawa

Posted on: 4 avril 2011


Source image: http://www.japan-i.jp/whatsjapan/tradition_custom/

 

 

Un Shimenawa est une corde de paille de riz tressée et permettant de délimiter une enceinte shintoïste sacrée.
La corde est en réalité composée de 2 volumineuses tresses torsadées, qui sont enlacées l’une dans l’autre.
Elle est ensuite accrochée et nouée afin d’indiquer les zones protégées par les divinités shintoïstes, les kamis.
Ainsi, les Shimenawa entourent très souvent les lieux de culte tels que les sanctuaires, mais aussi les rochers sacrés, les halls de prière et les torii importants. Enfin, il n’est pas rare que certains arbres imposants soient entourés d’un shimenawa. Ces arbres ont une signification particulière : Il est dit qu’ils sont habités par des esprits nommés Kodama. Les Kodama sont des esprits du folkore traditionnel japonais, les yōkai. Ils vivent dans les arbres sacrés. Quiconque oserait couper l’un de ces arbres attirerait à coup sûr la malchance sur lui.
D’une manière générale, lorsqu’un Shimenawa est apposé à un endroit, la zone qu’il délimite doit être préservée. Lire la suite:

Autre, article source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Shimenawa

Le shimenawa (標縄 ou 注連縄) est une corde sacrée utilisée au Japon, constituée de torsades de paille de riz plus ou moins grosses en fonction de l’utilisation, et tressée de gauche à droite. Le shimenawa délimite généralement une enceinte sacrée et particulièrement l’aire de pureté d’un sanctuaire shinto mais il est populairement placé aux pas de portes lors des évènements du calendrier Shintô ou bien autour d’un autel Kamidana. Lorsqu’il entoure un rocher ou un arbre le shimenawa montre qu’il s’agit d’un territoire du domaine du kami et donc que tout type de pollution doit en être exclu. On y pend souvent des nusa (幣), sortes de gohei (御幣), ou des épis de riz.

Le tressage, exclusivement manuel, des shimenawa est réalisé par des artisans japonais ou bien par les membres d’un temple. Ce tressage est très souvent hélicoïdal (en double hélice) mais peut être triple (à la manière d’une natte) Aucune qualification n’est requise pour sa conception si ce n’est d’avoir été lavé et purifié par l’eau en suivant le rite Shintô (particulièrement si l’on souhaite obtenir un shimenawa efficace). Certains tressages nécessitent plusieurs dizaines de personnes notamment ceux des Jinja qui peuvent parfois atteindre plusieurs centaines de kilo.

Outre le caractère décoratif et informatif de ces cordes, elles empêchaient, à l’origine, la déesse Amaterasu de sauver de l’obscurité deux fois de suite un même lieu. Désormais les shimenawa servent selon les croyances shintoïstes de lien entre le monde sacré du divin et notre monde profane. Les gohei quant à eux symbolisent les bras de kami et emprisonnent les mauvais esprits (c’est pour cette raison qu’ils sont périodiquement changés). Ce lien symboliquement protecteur n’est effectif que s’il a été préalablement purifié par le sel.

Certains personnages de Manga ou de jeux-vidéo portent une ceinture de ce type mais il ne faut pas y voir un symbole religieux. C’est en fait une référence à un combattant de la mythologie japonaise qui handicape son haut niveau technique en s’entravant d’un lourd shimenawa afin de se faire valoir auprès de ces adversaires.

  •  
    Imposant shimenawa à l’entrée d’un sanctuaire

     

  • Shimenawa ceinturant un cèdre géant au sanctuaire Yuki, à Kyôto

  • Lien externe:

    http://jardinjaponais.blogspot.com/2009/01/le-shimenawa.html

    http://eos.kokugakuin.ac.jp/modules/xwords/entry.php?entryID=317

    Vidéo youtube:

    しめ縄 Shimenawa, Izumo taisha

    How to make a Japanese Shimenawa

    Meoto Iwa / Ise

    Étiquettes : , , ,

    Article source:
    La cérémonie du thé au Japon

    Geishas préparant le thé (© nihon-zen.ch)

    Ce que les Occidentaux appellent « cérémonie du thé » se nomme au Japon Chanoyu, ce qui signifie « eau de thé ».
    La maison de thé

    L’endroit où se déroule le Chanoyu est généralement le Chashitsu. Il s’agit d’un petit pavillon isolé se trouvant au milieu d’un jardin spécialement aménagé et favorisant la méditation. C’est aussi un lieu d’exposition privilégié de nombreux arts japonais (céramique, calligraphie, architecture, art des jardins…).

     

     

     Première vidéo:Cérémonie du thé par Akemi Sakamoto
    dans le cadre de Passion Japon organisé par Atlantique Japon
    le 6 juin 2010
    à Nantes, Île de Versailles

    Vidéos:youtube

    Japanese Tea Ceremony

    Japanese Tea Ceremony – Chakai Chanoyu Chado Sadou

    TEA CEREMONY IN JAPAN

    Kimono

    Posted on: 30 mars 2011


     

     

    Source image: http://www.fashionsnoops.com/sem_blog/defaultblogmsg.asp?id=323&comments=show

    Le site ClickJapan:

    (http://www.clickjapan.org/Coutumes_et_fetes_japonaises/Kimono.htm) vous présente ici un aperçu de l’habillement traditionnel Japonais (Kimono, Yukata…).

    – Distinguer les kimono:

    Le Kimono (着物) est le descendant direct d’un autre vêtement quasiment similaire mais porté comme sous-vêtement: le « Kosode ». Depuis le XVIIe siècle, le Kimono désigne le vêtement traditionnel japonais indifféremment masculin ou féminin composé d’une longue robe ouverte dont le côté gauche se rabat sur le côté droit fermé par une ceinture appelée « obi » (帯). L’obi est une ceinture de soie, pour les femmes, pouvant atteindre 4 mètres de long, qui se noue, serrée dans le dos. La forme du nœud varie selon les âges, les saisons et les occasions. Le kimono des hommes est aussi maintenu maintenu par un obi mais sa largeur est plus petite.

    Visuellement, ce qui différencie les Kimono pour hommes, des kimono pour femmes ce sont les teintes et les motifs. Le kimono féminin s’adapte aux saisons, il est généralement de couleur vive et chamarré. Le kimono masculin est beaucoup plus sobre et de couleur foncé. Les kimono pour homme « Haori hakama » ont les manches plus courtes et cousues sous les aisselles. A l’inverse, les kimonos pour femmes qui ont des « ouvertures » au niveau des aisselles. Il est possible de classifier les kimonos en fonction de leur formalisme. les Kimonos portés lors des cérémonies officielles sont regroupés sous le terme de « iromuji« . Il en existe plusieurs…

    Statut Formalisme
    Femmes mariées Oui 1
    Femmes célibataires Non Inusité

    Kurotomesode (黒留袖): Kimono utilisé par les femmes mariés et les Geisha lors des cérémonies les plus formelles. Lors des mariage seules les mères des mariés sont autorisés à porter ce type de vêtement. De couleur noir, les motifs agrémentant ce kimono se trouvent situés sous le niveau du bassin. Certains Kurotomesode sont frappés cinq fois du blason de la famille « mon » (紋). Le blason est apposé sur les manches, le milieu du do et au devant de chaque épaule.La suite:

     

    Autre article, source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Kimono

    Le kimono (着物, kimono de kiru et mono, littéralement « chose que l’on porte sur soi ») est le vêtement traditionnel japonais. Il est souvent confondu, à tort, avec les vêtements d’entraînement des arts martiaux (keikogi, judogi, karategi). Avant l’introduction des vêtements occidentaux au Japon, le terme kimono désignait tous les types de vêtements ; de nos jours il se réfère à la robe traditionnelle japonaise, de forme T, portée essentiellement pour les grandes occasions.

    Le kimono descend du kosode, un vêtement utilisé auparavant comme sous-vêtement. Il est formé de rectangles de tissus pliés et cousus, mais jamais recoupés ; il est rectiligne, tombant jusqu’aux pieds ou chevilles, suivant la formalité de l’ensemble et la personne qui le porte. Sa particularité consiste dans ses manches très longues, pouvant aller jusqu’au sol pour les kimonos des jeunes femmes (furisode). Le kimono se porte toujours côté gauche sur côté droit : d’une part cela permettait de cacher une arme (tanto), d’autre part, les morts sont habillés en croisant dans le sens inverse . Il est tenu en place par une large ceinture nouée dans le dos, appelée obi.

    Un kimono neuf est particulièrement onéreux, son prix pouvant s’élever à plusieurs milliers d’euros, et le porter est particulièrement compliqué. De nos jours, le kimono est surtout connu par le biais du jour des vingt ans (seijin shiki, 成人式?), où les jeunes Japonaises portent un furisode pour la photo traditionnelle. Parmi les plus chers, le furisode porté pour cette fête est souvent loué pour l’occasion. Un usage plus courant du kimono est réservé aux membres de la « très grande bourgeoisie », qui peuvent s’offrir les différents kimonos correspondant aux phases de la vie (jeunesse, âge mur, etc.) et parfois aux saisons. Cependant, ces dernières années ont vu naître un engouement pour les kimonos d’occasion ou sa version simplifiée le yukata.

    La suite:

    vidéos: youtube

    How To Dress Yukata & Kimono Part2 By ICHIROYA.com

    How To Dress Yukata & Kimono Part1 by ICHIROYA.COM


    Traducteur Google

    Bannière du site

    La diversité est une richesse, l’art un moyen d’expression

    La diversité est une richesse, l'art un moyen d'expression

    Contact

    japonpassiondesylv1@live.fr

    Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 443 autres abonnés

    Sondage

    Catégories

    Fréquentation

    • 342,983 visiteurs
    hobbies
    Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter hobbies
    jeux de casino

    Fréquentation du blog

    Livre d’or

    météo Japon/France

    japon passion de sylv1

    %d blogueurs aiment cette page :