Japon Passion de sylv1

Archive for the ‘historique du japon’ Category


Crédit illustration :
la-pierre-et-le-sabre-iaido18.fr

Les blasons des samouraïs ont une histoire. Voici un excellent article que je reprend ici pour vous.

Article et images source  : la-pierre-et-le-sabre-iaido18.fr

L’HÉRALDIQUE DES CLANS DE SAMOURAÏ :

Le système des clans japonais a beaucoup évolué au cours du temps. À l’origine, ils ne concernaient que des familles en ligne directe et étaient appelés Ujizoku. Ces groupes se sont étendus au fil du temps, intégrant les serviteurs, et ont pris le nom d’Uji. Ces Uji étaient dirigés par des chefs de guerre (Uji no kami) qui étaient également des chefs religieux vénérant la divinité familiale ou Ujigami. Leurs membres étaient appelés Ujibito. La réforme de Taika, en 645 , met fin à ce premier système de clans.

crédit image :
la-pierre-et-le-sabre-iaido

Le Mon ou Kamon est un insigne héraldique initialement utilisé par les clans de Samouraï pour se reconnaître plus facilement sur les champs de bataille. Ils sont généralement sous forme de dessins stylisés à l’intérieur d’une forme géométrique. Leur utilisation remonte à l’ époque Kamakura . Durant l’ère Edo , seuls les Daimyo avaient le droit d’en posséder deux à la fois. Dès le début de l’ère Meiji , leur utilisation se répandit parmi le peuple.

 

Crédit image :
la-pierre-et-le-sabre-iaido18.fr

Suite

« La diversité est une richesse, l’art un moyen d’expression »
Rejoignez-nous sur notre groupe Facebook

Mise à jour Japon passion de sylv1, le: 15/01/2019 à 15h45.


Tôkyô tawâ 東京タワー Tour de tokyo

Tôkyô tawâ 東京タワー
Tour de Tokyo

cygne de séparation

avatar i love japan

Note de sylv1 adm:

19/04/2013, 12h20:

Elle ressemble à notre Tour Eiffel et pourtant elle se situe à 10 mille kilomètres de la France, cette tour est le symbole de la capitale niponne Tokyo, la nuit, 176 ampoules réparties à différents endroits éclairent la tour. L’hiver, elle est illuminée en orange et l’été en blanc (ca lui arrive d’être en rose ou bleu). ci-dessous un résumé emprunté à wikipédia complètera sa présentation.

En bonus une vidéo youtube et ces deux belles images  .

yin et yangLa diversité est une richesse, l’art un moyen d’expression..

La tour de Tokyo : Tokyo Tower source image: studentsoftheworld.info

La tour de Tokyo : Tokyo Tower
source image:
studentsoftheworld.info

roses animées

Article source: wikipédia

La tour de Tokyo (東京タワー, Tōkyō tawā?, de l’anglais Tokyo Tower) est une tour orange et blanche située dans l’arrondissement de Minato à Tokyo, au Japon. Son concept est fondé sur celui de la tour Eiffel de Paris en France. Elle a été réalisée par l’architecte Tachū Naitō (en).

La tour mesure 332,6 mètres de haut (soit 7,6 mètres de plus que la tour Eiffel, qui en mesure 325 avec son antenne) ce qui en fait l’une des plus hautes tours en métal du monde. L’édifice ne pèse que 4 000 tonnes, ce qui est bien moins que les10 100 tonnes de la tour Eiffel. La construction démarre en 1957 et s’achève en 1958. La tour ouvre au public le 23 décembrede la même année. 176 ampoules réparties à différents endroits éclairent la tour. L’hiver, elle est illuminée en orange et l’été en blanc.

Ses fonctions d’émetteur de radio et télévision seront prochainement déplacées sur la Tokyo Sky Tree, une tour deux fois plus haute, construite dans le quartier Sumida-ku.

L’antenne dominant la tour s’est tordue lors du séisme du 11 mars 2011.

Barre cora

TOUR DE TOKYO LA NUIT  © Miluxian | Dreamstime.com

TOUR DE TOKYO LA NUIT
© Miluxian | Dreamstime.com

vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctione pas cliquez ici

bamboo

Mise à jour japon passion de sylv1, le 19/04/2013 à : 12h20.

BANNIeRE-JAPON-PASSION


Château matsumoto Préfecture de Nagano,

Château matsumoto
Préfecture de Nagano,

Donjon Principal du Chateau flanquer de ses 3 tours ( et appercu des Douves ) :

article source:middle-earth.forumactif.com

Matsumoto-jô Par Wikipedia

Le château de Matsumoto (松本城 Matsumoto-jō) est l’un des châteaux historiques du Japon. Situé dans la ville de Matsumoto, dans la Préfecture de Nagano, à proximité de la ville de Tokyo, son attrait touristique est très fort.Tour du DonjonTour .Le château a ses origines dans la Période Sengoku. A cette époque, le clan Ogasawara avait construit un fort sur le site, qui se nommait à l’origine Château Fukashi. Plus tard, il eut un rôle important dans le clan Takeda Shingen et Tokugawa Ieyasu.La tour principale du château est classée Trésor National du Japon. Il est surnommé « le corbeau » en raison de sa couleur noire. Matsumoto-jô Par Moi :La mega-classe ^^ Vraiment super impressionnant, ce château est une merveille a voir … On peut même rentrer a l’intérieur ( je me suis pas fait prier ^^) et voir comment y vivaient les Samurais …. Honnêtement, c’est vraiment impressionnant et agréable  Dites vous bien que sur les nombreux étages  tout est prévu pour décimer une éventuelle agression ennemi avant qu’elle n’arrive dans la dernière salle du Donjon, la ou résidait le Seigneur du Clan Bref, des le début  le ton est donner : Douve de plusieurs dizaines de mètres de large et a peu prés 1m50 de fond (essayer de courir avec une armure dans 1m50 d’eau, sous les flèches meurtrières de Samurais entraînés et on en reparlera  xD ), pont, deuxième douve encore plus large et plus profonde, imposant mur ou la pose d’échelle est impossible ( ou suicidaire ^^), meurtrière  escalier quasi vertical ( je ne vous mens pas -_- ) On a même put voir une collection d’arme authentique ( Arquebuses, Armures de Samurais, Katanas …)

Autre vue du Donjon et vue d'un des 3 seuls acces reliant le Chateau a la "Rive"

Autre vue du Donjon et vue d’un des 3 seuls acces reliant le Chateau a la « Rive »

Autre vue du Donjon et vue d’un des 3 seuls accès reliant le Château a la « Rive » … Autant vous dire que si on mettait une hore de Samurais sur entraînés et bien énervés  y vous fallait du temps pour passer ^^

Vue d'une des ( nombreuses ) meurtireres

Vue d’une des ( nombreuses ) meurtireres

Vue d’une des ( nombreuses ) meurtrières :

Admirer les détails des toits .

800px-Matsumoto_Castle_far2_0504

Le Chateau sous un autre angle :

450px-Matsumoto_Castle_near_0504

Et voilaaa …. Je vous laisse apprécier et réagir..

gif

Bonus japon passion de sylv1 cette vidéo ci-dessous ( youtube)

Mise en ligne le 16 juin 2009

Les chateaux médiévaux du Japon, Matsue, Hikone, Hymeji, Inumiya, Kochi, Kumamoto, Kurachiki, Matsumaya, Matsumoto, Nagoya, Okayama, Osaka, Takamatsu, Hiroshima. Châteaux occupés par les choguns destinés à la défense de positions stratégiques durant les guerres de la période Edo.

http://www.marcopoloimaginaire.com/

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

bamboo

Mise à jour japon passion de sylv1, le: 20/03/2013  à : 15h35.

japon passion de sylv1


yin et yang

cygne de séparation

avatar i love japan

Note sylv1 adm:

17/03/2013: 16h15/

Afin de présenter brièvement le Japon , son histoire , j’ai conçu ce petit mémo perso que je partage ici pour vous, souhaitons que ceci sera utile pour des étudiants par exemple, mon plaisir étant toujours de partager mes connaissances tout en cherchant à me perfectionner moi même.Ce petit dossier est d’abord mon aide mémoire il pourrait devenir le vôtre cordialement aux lecteurs de ce site et du groupe Japon passion de sylv1.

Cliquez sur l’image PDF pour lire le document.

pays du soleil levant

pdf (1)

bamboo

Mise  à jour japon passion de sylv1, le 17/03/2013, 16h15.

japon passion de sylv1


wikipedia.org

wikipedia.org

Article source: wikipédia

Les Trois Trésors Sacrés du Japon (三種の神器, Sanshu no Jingi?), appelés aussi Le Trésor impérial du Japon ou Insignes impériaux, sont trois objets légendaires :

  • L’épée, Kusanagi no tsurugi (草薙剣?), conservée au temple Atsuta (熱田神宮, Atsuta Jingū?) à Nagoya, représente la valeur et la faculté de partager.

  • Le miroir bouclier de bronze, Yata no kagami (八咫鏡?), conservé au grand temple d’Ise (伊勢神宮, Ise jingū?dans la préfecture de Mie, symbolise la sagesse et la faculté de comprendre.

  • Le magatama (曲玉?), Yasakani no magatama (八尺瓊曲玉?), situé au palais impérial kōkyo 皇居 à Tokyo, illustre la bienveillance et la faculté d’apprendre.

  • Château Himeji et cerisierswikipédia

    Château Himeji et cerisiers
    wikipédia

  • Trésor national (Japon)

    Les trésors nationaux (国宝, kokuhō?) du Japon désignent les plus précieuses propriétés culturelles de la nation établis par leministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie.

    Exemple d’œuvres ayant reçu cette distinction :

    • construction comme des châteaux, des temples, des tombeaux ;

    • peintures, parchemins, sutras, et travaux de calligraphie ;

    • statues en pierre, bronze, bois, laque or autre matériaux ;

    • œuvre telles que poteries, objets en laque, découpages, métaux, netsukeépées et textiles ;

    • artefacts archéologiques et historiques, y compris des objets funéraires, des documents et des lettres ;

    • des personnalités, appelées « trésors vivants ».

    Beaucoup de trésors nationaux sont dans des musées comme les musées nationaux de TōkyōKyōto, et Nara. Les musées publics, gérés par les préfectures et les municipalités, ainsi que les musées privés possèdent également des trésors nationaux. Beaucoup de temples bouddhistes et sanctuaires shintô, de châteaux et de constructions similaires ouvrent leurs portes au public. La cour impériale du Japon possède plusieurs trésors nationaux. Kyōto en revendique environ un cinquième.

    Le terme « trésor national vivant » est une désignation informelle pour une personne que le gouvernement a choisie comme exemple de la tradition japonaise. Des comédiens de bunraku, et kabuki, et des artistes et artisans dans les métiers traditionnels ont reçu cette distinction.

    objet époque jomonwikipédia

    objet époque jomon
    wikipédia

  • bamboo
  • Mise à jour japon passion de sylv1, le : 15/03/2013 à : 22h30.

  • japon passion de sylv1

Mikao Usui – sixième à partir de la gauche, 2ème rangée.(Photo extraite du « Manuel de Reiki » publié par Arjava Petter et Yamaguchi)

Mikao Usui – sixième à partir de la gauche, 2ème rangée.
(Photo extraite du « Manuel de Reiki » publié par Arjava Petter et Yamaguchi)

Article source: http://neoconscienceblog.wordpress.com

neoconscience

Mikao Usui, sa vie et son époque

(1865 – 1926)

( Extraits du livre « Reiki le livre source » avec la permission des auteurs Bronwen et Frans Stiene)

ddc1013[1]

Actuellement, c’est sur un support de pierre que l’on trouve la majeure partie des faits historiques concernant Mikao Usui. Il s’agit, en fait, de la stèle de sa pierre tombale qui fut érigée en guise de mémorial. Cette stèle se trouve dans le cimetière du temple boudhiste Saihôji, de l’école de la Terre Pure, à Tokyo.

Elle a été dressée par certains de ses élèves, en 1927, juste un an après sa mort. Elle présente la vie de Mikao Usui telle que ses élèves de l’Usui Reiki Ryôhô Gakkai la voyaient. Hormis ces informations, rares sont les autres faits historiques relatifs à ses enseignements qui ont fait l’objet de vérifications. Ce n’est pas pour autant que peu d’histoires circulent sur sa vie.

Avec pour toile de fond, le conflit de la Seconde Guerre mondiale, il n’était pas possible qu’Hawayo Takata introduise aux USA un système d’origine japonaise. Elle contourna cette difficulté en adaptant à la situation le contenu des enseignements de Mikao Usui qui l’exigeait. Ainsi, elle qui n’avait pas son pareil pour conter anecdotes et « paraboles » elle usa de ses talents pour enseigner, pendant 40 ans, ce qu’elle appelait le système Reiki. Il est difficile  de nos jours, de vérifier l’authenticité de la plupart des informations qu’elle transmit. Nous savons, néanmoins, avec certitude qu’une partie était fausse… Sa foi en ce système était, elle, authentique puisqu’ aujourd’hui son système Reiki rayonne sur toute la planète.

Sa venue au monde, dans une famille de Samouraï

Mikao Usui est né le 15 août 1865, dans le village de Taniai (désormais appelé Miyama Cho) dans le comté de Yamagata de la préfecture de Gifu, au Japon. Aujourd’hui, à Miyama Cho, sur le haut lieu d’Amataka, on peut lire, gravé sur un imposant torii (portail d’un haut lieu), le nom de Mikao Usui, là ou se dressait jadis sa maison.

Les frères et la soeur Usui offrirent la pierre du torii en avril 1923.  Les frères Usui, Sanya et Kuniji, devinrent respectivement médecin et policier. Sa soeur, qui était son aînée s’appelait Tsuru. Le père de Mikao Usui s’appelait Uzaemon et sa mère appartenait à la famille Kawai.

Mikao Usui est né dans une société organisée sur un système de classe. Il faisait partie de la classe des privilégiés. A sa naissance, les gens du peuple n’avaient pas encore de nom de famille, un luxe qui ne leur fut accordé qu’à partir de 1870. La famille de Mikao Usui était une famille de samouraïs.

Selon le mémorial, le célèbre samourai, Tsunetane Chiba (1118-1201) était un ancêtre de Mikao Usui. Récemment, Hiroshi Doi révéla que cette information était incorrecte et qu’en fait Mikao Usui était un descendant de Toshitane Chiba, un célèbre samouraï, seigneur de guerre du XIVe siècle. En 1551, ce dernier fit la conquête de la cité d’Usui dont sa famile prit le nom par la suite. Qu’il descendit directement de Tsunetane ou Toshitane, ou des deux, n’a que peu d’incidence car tous deux appartenaient au clan Chiba.

En Occident, on a cru qu’il était d’une famille chrétienne. Hawayo Takata a probablement divulgué cette information en raison d’un fort sentiment de rejet que le Japon inspirait aux USA pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

En réalité, lorsque Mikao Usui est né, la religion chrétienne était interdite au Japon. Aujourd’hui, on dispose de peu d’éléments concernant la vie personnelle de Mikao Usui. On connaît mieux la vie de d’autres Japonais nés à la même époque et dans des circonstances semblables.

Mikao Usui

Mikao Usui

Mikao Usui épousa Sadako Suzuki dont il eut deux enfants : un fils, Fuji, et une fille, Toshiko. Fuji (1908-1946) devint enseigant à l’Université de Tôkyô et Toshiko ne vécut pas longtemps puisqu’elle mourut à l’âge de 22 ans, en 1935. Les cendres de la famille sont regroupées au cimetière du Temple Saihôji de Tôkyô.

Mikao Usui ne devint père que relativement tard compte tenu des usages de l’époque. Il avait 43 ans lorsque son premier enfant vint au monde et sa fille ne naquit que six ans plus tard. Gichin Funakoshi écrivit dans son autobiographie, « Karate dô, My Way of Life », qu’il ne se maria pas et n’eut pas d’enfant avant d’avoir plus de 20 ans « un âge assez avancé pour se marier » à cette époque dans sa région.

Sa Carrière

Durant sa jeunesse, son ardeur au travail et son courage hors norme le distinguaient de ses camarades. Une fois arrivé à l’âge adulte, il se rendit en Europe, en Amérique puis en Chine ou il étudia. Il avait des goûts éclectiques et aimat lire. Il s’adonnait à la lecture d’ouvrages d’histoire, de médecine, à celle des Écritures bouddhistes et chrétiennes et s’intéressait de près à la psychologie, au Taoĩsme et même aux arts divinatoires, à la magie et à la physionomie.

Extrait de la stèle du mémorial de Mikao Usui, 1927

Grâce aux nombreux voyages qu’il effectua à travers le Japon et en dehors de ses frontières, sa carrière fut variée. Il fut à un moment le secrétaire particulier de Shimpei Goto, un homme politique qui occupa entre autres les fonctions de Gouverneur de la Compagnie Nationale des Chemins de Fer et qui devint en 1920, Maire de Tôkyô. Mikao Usui a prouvé qu’il appréciait la poésie en incluant 125 waka, ou poèmes, à ses enseignements. Dans ses notes, il est dit qu’il composait ses propres waka et qu’il recopiait les poèmes auxquels il était sensible.

Shimpei Goto(Photo extraite du site d’Andy Bowling)

Shimpei Goto
(Photo extraite du site d’Andy Bowling)

Mikao Usui n’a jamais été un docteur, comme il s’est dit en Occident.

Cheminement d’Usui

Afin de respecter au plus près les faits historiques entourant la vie de Mikao Usui, voici des précisions apportées par M. John Lee Shimoda.  (note de Jean Cornudet)

(voir son blogue  http://johnlee.bloguez.com/johnlee/page4/ )

Il (Mikao Usui) exerça différents métiers, il aurait été fonctionnaire, employé d’une société, travailleur indépendant, journaliste, secrétaire d’un homme politique, propagateur d’une religion shinto, (on ne sait pas laquelle), visiteur dans les prisons. A travers cela, il cherchait une plus grande connaissance de la vie (c’est le parcours classique des shamans. Mikao Usui était considéré comme un grand Reinosha, en japonais on l’appelle : chojin teki reinosha:chojin désigne une personne douée de capacité extraordinaire, supranormale. Reinosha  est composé de rei: esprit, No:capacité, Sha: personne. C’est une personne qui voit les esprits, pas seulement des morts mais des dieux.)

Au bout d’un certain temps, il commença à se poser la question du but de la vie humaine. Après des années d’entrainement, il eu une première illumination : le but de la vie est d’atteindre Anshin Ritsumei : la paix parfaite et de comprendre sa propre existence.(voir page:reiki origine).

Il pratiqua le zen, cherchant à atteindre Anshin Ritsumei. Après trois ans de pratique dans un temple de kyoto, il n’était toujours pas capable d’atteindre l’illumination ultime.

Cliquez sur l’image ci-dessous et visitez Kurama Yama.

Kurama Mountain, Kyoto

Kurama Mountain, Kyoto

En mai 1922, persuadé que s’il n’atteignait pas l’illumination, sa vie serait vaine, il commença un jeune sur le Mont Kurama. A minuit le vingt et unième jour, on dit qu’un puissant Reiki cosmique pénétra par sa tête, et entra en résonnance avec son Rei ki intérieur. (Rei:âme Ki: énergie-souffle).

(En fait, comme il était seul, on peut se dire que personne ne sait ce qui lui est arrivé…). Dans un rare document écrit de sa main, il dit qu’il a senti l’énergie de son souffle se modifier, au cours du jeûne, et c’est là qu’il a comprit qu’il avait acquis un pouvoir de guérison.

Ayant atteint l’unité avec l’univers, sa quête de l’illumination ultime était achevée.

Comme il redescendait de la montagne, il s’est blessé au pied, en s’arrachant un ongle. Il posa sa main sur la blessure, qui guérit immédiatement.
Au pied de la montagne, il y avait une femme dans une maison de thé qui souffrait d’un mal de tête dû aux dents. De nouveau, la guérison fut immédiate lorsqu’il posa sa main, et il comprit qu’il possédait un pouvoir de guérison.

En avril 1922, Mikao Usui nomme la capacité qu’il avait acquise Reiki Ryoho et décide de la partager avec le plus de monde possible. (Alors qu’au Japon, il est habituel de conserver un pouvoir dans sa famille).

On sait à présent, par des documents retrouvés au Japon, que le nom complet de sa méthode était : Shin Shin Kaizen Usui Reiki Ryoho, qui signifie méthode de soin Usui par le Reiki pour le corps et l’esprit.

Il crée la Usui Reiki Ryoho Gakkai, les cinq préceptes, la méthode d’instruction et s’établi à Harajuku, à Tokyo. Les cinq preceptes ne proviennent pas de l’empereur Meiji, comme certains le croient (dû a des erreurs de traduction de la stele de Saihoji) mais d’un medecin Japonais(Bizan Suzuki) qui écrivis « kenzen no michi » le chemin pour la santé. Les préceptes Reiki sont des poèmes (waka) de ce médecin.

En septembre 1923, se produit le grand tremblement de terre de Kanto. Usui Mikao et ses disciples parcourent les rues de la ville pour soigner les blessés.

En février 1925, à cause de l’expansion de ses activités, l’Usui Reiki Ryoho Gakkai transfère son quartier général à Nakano.
Des invitations qui proviennent de toutes les parties du Japon l’appellent pour qu’il donne des soins et des enseignements à différents endroits.

En mars 1926, alors qu’il voyageait vers Kure, Hiroshima, et Saga, Usui Sensei trouve soudain la mort. Il avait 62 ans. Sa tombe se trouve à Tokyo, dans le cimetière du Temple bouddhiste de l’école Jodo Shu, le temple Saihoji. Ceci est une preuve qu’il n’appartenait pas au bouddhisme Tendai , comme le prétendent certains.

Voir la tombe de Mikao Usui à Tokyo et la stèle où son oeuvre et sa vie sont résumées:

Cliquez sur l’image ci-dessous et visitez la tombe d’Usui

Saihoji Temple, Tokyo

Saihoji Temple, Tokyo

Au Japon, ce sont les moines bouddhistes qui s’occupent des rites mortuaires pour le culte des ancêtres (conception animiste ancienne).

Après sa mort, il y a eu différents présidents de l’ Usui Reiki Ryoho Gakkai qui se sont succédé :

Successeurs dans l’école traditionnelle USUI REIKI RYOHO GAKKAI (Fondée en 1922)

1er président Usui Mikao 1865-1926
2ème président Ushida Juzaburo 1865-1935 Vice-amiral
3ème président Taketomi Kanichi 1878-1960 Vice-amiral
4ème président Watanabe Yoshiharu date de naissance inconnue, mort en 1960 vice amiral
5ème président Wanami Hoichi 1883-1975 philosophe
6ème président Koyama Kimiko 1906-1999 femme de professeur d’université
7ème président Kondo Masaki né en 1933 professeur de littérature

Monsieur Kondo Masaki est l’actuel président.

John Lee Shimoda.

UsuiMemorial

UsuiMemorial

(Photo extraite du site d’Andy Bowling)

Un jour, il gravit le Kurama Yama et après 21 jours d’une discipline d’ascète, il sentit soudain Un Grand Reiki au-dessus de sa tête et atteignit l’illumination. Il reçu aussi le Reiki Ryôhô. Il l’essaya sur lui-même puis sur les membres de sa famille et son efficacité fut immédiate.

(…) Sensei était doux et humble, par nature. Il ne se comportait jamais de façon ostentatoire. Il était d’une constitution imposante vigoureuse et arborait toujours un sourire de contentement.

(…) Sa renommée étant grande, de nombreuses personnes des provinces environnantes souhaitaient le recevoir. Sensei, pour honorer ses invitations, se rendit à Kure, puis à Hiroshima, à Saga et enfiin à Fukuyama. Là, contre toute attente, il tomba malade et passa de vie à trépas. Il mourut le 9 mars de la quinzième année de Taisho (1926 de notre ère), à l’âge de 62 ans.

Extrait de la Stèle du Mémorial de Mikao Usui, 1927

Source :  http://www.centrereikiquebec.com/Usui-id155.php


Article source:http://geisha-gheishas.blogspot.fr/

Si vous avez la chance de vous rendre au Japon, je vous invite à visiter le quartier des Geisha. Le quartier de Gion vient d’ailleurs souvent à l’esprit lorsqu’on évoque Kyoto. Dans les rues aux maisons évoquant la perfection architecturale de l’ancien Japon et où se promènent les élégantes maiko (apprenties geisha), vous retrouverez une atmosphère unique. C’est l’un des quartiers de geisha les plus traditionnels où les maisons anciennes bien préservées rappellent le Kyoto de jadis. Vous pourrez sans doute y croiser des geiko près des traditionnellles maisons de thé. C’est également un lieu où se trouvent de nombreuses boutiques vendant des objets traditionnels typiques de l’artisanat d’art de la ville.

Le théâtre du quartier de Gion propose une à deux fois par jour des représentations d’une heure pour découvrir les arts et spectacles traditionnels japonais. La cérémonie du thé, l’arrangement floral, la musique de cour gagaku, le bunraku (théâtre de marionnettes), la comédie classique kyogen, la danse traditonnelle kyoma et la harpe koto sont présentés, accompagnés d’un commentaire en anglais.

Gion se divise en deux hanamachi (quartiers de geisha) : Gion Higashi et Gion Kôbu. Malgré le déclin du nombre de geishas depuis une centaine d’années, ces quartiers restent célèbres pour ce qui est de la préservation des traditions. Aujourd’hui, une partie de ce district est classé patrimoine historique du Japon.

Contrairement à la croyance populaire, Gion n’est pas un quartier de prostitution puisque les geishas ne pratiquent pas la prostitution. C’est dans ce quartier que débute le Gion Matsuri, une fête initialement instaurée en 869 pour lutter contre la peste qui ravageait la ville à l’époque. Le soir du 16 juillet, tous les quartiers traditionnels sont illuminés et décorés avec des lanternes, des tentures et des bannières de fleurs. Le lendemain matin, la grande procession débute au sanctuaire Yasaka.A lieu alors un véritable défilés d’une trentaine de chars accompagnés de flûtes, de tambours et de gongs. Ces chars représentent les différents quartiers ou corporations de la ville.

Remarque de sylv1 adm:

21/11/2012, 12H00.

Cet article mis en ligne le: MARDI 1 AVRIL 2008, par le joli site spécialisé sur les geisha, il est donc logique et normal que je l’inclus en lien dans la rubrique ( site amis) prévue à cet effet, à partir de là, il est aisé de comprendre que je vous le conseille.

En haut de l’article cliquez sur la bannière pour accéder à la source de ce post.


Source image:http://www.paperblog.fr/

Article de galaxien qui gère un beau site.

http://www.inexplique-endebat.com/

Les Samouraïs, est un documentaire (0h52) diffusé par Arte sur l’histoire de ces guerriers japonais au service de leur seigneur, qui se sont battus pour faire respecter l’ordre à l’époque des guerres civiles.

Le terme Samouraï, mentionné pour la première fois dans un texte du Xe siècle, vient du verbe saburau qui signifie servir. L’appellation est largement utilisée dans son sens actuel depuis le début de la période Edo, vers 1600. Auparavant, on désignait les guerriers plutôt par les termes mono no fu, jusqu’au VIIIe siècle, puis bushi, qui peuvent l’un ou l’autre se traduire par « homme d’armes ». À partir de la période Edo, les termes Bushi et Samouraï ne sont pas tout a fait synonymes, car il existe une différence subtile.

Dans les décombres du château d’Osaka, en 1615, s’achève l’ère des Bushis, et commence celle des Samouraïs. Des guerriers en armes, prêts à la guerre, vont naître les fonctionnaires du temps de paix faisant respecter l’ordre figé des Shogun Tokugawa. Délaissant l’armure pour le kimono, les Samouraïs vont cependant garder le Daisho, les deux sabres, symbole de leur autorité et de leur caste.
Peu à peu, les Samouraïs attachés à leurs seigneurs les Daimyos, vont recevoir, non plus des terres en récompense de leurs services, mais une pension régulière qui va les transformer progressivement en fonctionnaires, chargés du maintien de l’ordre. Gagnés par la nostalgie des exploits guerriers d’autrefois et probablement par l’ennui du temps de paix, les Samouraïs vont développer une dimension mystique autour de leur caste. C’est ainsi l’écriture et la propagation chez-eux du Bushidô et du Hagakure, qui leur servira de code moral. Leur symbole devient alors celui de la fleur de cerisier, le Sakura.
L’arrivée des « Bateaux noirs » du Commodore Perry en 1853 va sonner la fin de leur existence dans un dernier embrasement. Partisans du Shogun ou de l’Empereur Meiji, les Samouraïs vont s’affronter au cours de derniers combats, de façon très inégales. La victoire des clans de Satsuma, Tosa et Chôshû favorables à l’Empereur, vont amener le Japon à se moderniser à grande vitesse pour rattraper les pays occidentaux.
En 1876, les Samouraïs sont invités à ne plus porter leurs sabres et deux ans après, la conscription nationale leur enleva tous leurs privilèges de caste. En 1878, les Samouraïs disparaissaient à jamais.
Depuis leur disparition, ils continuent toujours d’influencer la société japonaise moderne. Durant la révolution Meiji, ce sont les anciens Samouraïs qui formeront l’élite du nouveau Japon, les premiers chefs d’entreprises et les cadres de la nouvelle administration Impériale, autant civile que militaire. Ce sont eux qui assureront la transformation rapide de la société japonaise à l’occidentalisation.
A la même période, avec la disparition des guerriers japonais, les valeurs du Bushidô, teintées de confusianisme, vont se répandre dans l’ensemble de la société japonaise comme modèle de pensée. Les valeurs d’effort, de fidélité et de ténacité vont peu à peu être reprises par les entreprises nippones, et pour l’éducation des enfants.
Aujourd’hui, ces principes sont repris régulièrement dans les médias japonais. Les séries télévisées, les films, les romans, les mangas, les pièces de théâtre, où les Samouraïs de l’époque Edo possèdent la première place, mettent en avant les valeurs du Bushidô. Les valeurs morales de l’ancienne caste des guerriers se perpétuent donc toujours aux nouvelles générations. A l’inverse, les Bushis du Moyen-Âge sont très peu présents, et restent confinés aux livres d’histoire.
(samurais.fr/)

Vidéo
– Voir aussi :

KAMIKAZES JAPONAIS DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE


Article source:http://www.le-japon.com/

La naissance des samouraïs, dans le Japon du 12e siècle, représente également la naissance de l’une des incarnations les plus puissantes de l’héroïsme masculin. D’abord initiée comme milice spéciale pour protéger le nord de Honshu, alors menacée par les rebelles, les samouraïs ont rapidement tiré parti de leur discipline et de leur force de frappe. Leurs maîtres d’armes les pliant à un code d’honneur et de vertus irréprochable, les guerriers samouraïs ont imposé partout à travers le pays la loi du sabre. Bientôt, les empereurs ont fait appel à leur science du combat ainsi qu’à l’efficacité de leur entraînement pour défendre le royaume. Ces guerriers sont instruits et en temps de paix, ils occupent des fonctions administratives pour le suzerain. 

Lire


Article source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Yamato_1

Le Yamato 1 exposé à Kōbe au Japon

Un des deux groupes MHD propulseurs, au Ship Science Museum

Le Yamato 1 est un démonstrateur technologique civil japonais de navire à propulsion électromagnétique (utilisant les principes de la magnétohydrodynamique) conçu à partir de 1985 et réalisé au début des années 1990. Il se déplace silencieusement jusqu’à une vitesse de 8 nœuds (15 km/h) par réaction et sans hélice, grâce à un accélérateur MHD aspirant à l’avant l’eau de mer, naturellement conductrice de l’électricité, et la rejetant à l’arrière.

Conçu par la firme japonaise Ship & Ocean Foundation (auparavant connue sous le nom de Japan Shipbuilding Industry Foundation et devenue depuis la Ocean Policy Research Foundation), les éléments-clés ont été réalisés en partenariat avec plusieurs sociétés :

Le Yamato 1 mesure 30 mètres de long pour 14 mètres de large, pèse 280 tonnes à pleine charge et peut embarquer 10 personnes. Il possède une coque plate en dessous, munie de deux propulseurs longitudinaux parallèles de chaque côté. Chacun de ces deux propulseurs intègre un groupe d’accélérateurs MHD disposés en forme de « barillet de revolver » (6 tuyères MHD de Faraday par propulseur) équipés d’électroaimants supraconducteurs refroidis par hélium liquide, chaque groupe produisant un champ magnétique de 4 teslas, et débitant un courant électrique transversal jusqu’à 2 000 ampères, l’ensemble produisant une poussée totale combinée de 16 000 newtons. Il a navigué pour la première fois dans la baie de Kōbe le 19 juin 1992, où il a atteint à cette occasion une vitesse de croisière de 6 nœuds (11 km/h) au lieu de 8, en raison d’un léger défaut (quench) de l’aimant tribord.

Malgré la conception de plusieurs prototypes de navires à propulsion MHD par Mitsubishi dans les années 1990 (conception théorique et maquettes), aucun Yamato 2 plus puissant n’a été réalisé.

Historique d’un autre Yamato

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Étiquettes :

Traducteur Google

Bannière du site

La diversité est une richesse, l’art un moyen d’expression

La diversité est une richesse, l'art un moyen d'expression

Contact

japonpassiondesylv1@live.fr

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 439 autres abonnés

Catégories

Fréquentation

  • 370 040 visiteurs
hobbies
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter hobbies
jeux de casino

Fréquentation du blog

Livre d’or

météo Japon/France

%d blogueurs aiment cette page :