Japon Passion de sylv1

Le dilemme énergétique du Japon

Posted on: 13 décembre 2012


Photo : EPA

Photo : EPA

Ilia Kharlamov, Rédaction en ligne
12.12.2012, 17:04, heure de Moscou

la voix de la russie

Article source: http://french.ruvr.ru/

Selon les scientifiques, de nouvelles épreuves attendent la population et le système énergétique du Japon. Ils ont découvert une faille active géologique sous la centrale nucléaire de Tsuruga sur l’île de Honshu. Il n’est pas exclu qu’un nouveau séisme puisse détruiree le deuxième réacteur de l’installation. Au Japon des voix s’élèvent pour exiger le démantèlement « préventif » de la centrale nucléaire de Tsuruga.

La catastrophe industrielle de la centrale nucléaire de Fukushima-1 en 2011 a alarmé le monde entier et a incité de nombreux pays à réfléchir à l’abandon total de l’énergie atomique. A présent une nouvelle information inquiétante provient du Japon. Cette fois il est également question d’un phénomène naturel à même d’engendrer de gros problèmes. Rappelons que l’accident de Fukushima a été provoqué par le plus fort séisme de l’histoire du Japon et par le tsunami qui l’a suivi. D’où le sérieux avec lequel les spécialistes abordent le mouvement du terrain aux environs de la centrale de Tsuruga bien que celle-ci ait été arrêtée il y a un an et demi. La décision de l’arrêter est évidente étant donné que la faille se trouve à quelques centaines de mètres du deuxième réacteur. Les scientifiques ont formellement exclu la remise en marche des réacteurs et Shunichi Tanaka, chef de l’agence de sûreté nucléaire japonaise, a évoqué la possibilité de son démantèlement.

Cependant son opinion n’est pas partagée par tout le monde. Power Co, opérateur de la centrale, a jugé inacceptables les conclusions des scientifiques et promis d’ouvrir sa propre enquête. Pis encore, certains experts envisagent la remise en route des réacteurs arrêtés et le lancement de nouveaux blocs vu le rôle joué par l’industrie nucléaire au Japon. Avant l’accident de Fukushima-1 elle fournissait un tiers de l’énergie électrique. Anton Khlopkov, directeur du Centre d’énergie et de sécurité, soutient ce point de vue :

« Seuls deux réacteurs sont exploités à l’heure actuelle. Des dizaines de réacteurs attendent une décision politique sur la reprise du travail. Cela se passe dans le contexte où la position de la population est diamétralement opposée à celle des industriels. Ceux-ci exercent de fortes pressions en vue d’obtenir la remise en marche des centrales nucléaires en menaçant de délocaliser leurs entreprises. La position des hommes d’affaires est compréhensible : il est impossible de se développer à défaut de disposer de la quantité d’énergie électrique indispensable ».

Si les autorités japonaises ne se décident pas à relancer les centrales nucléaires ne fût-ce qu’au niveau moyen mondial, c’est-à-dire 15 % de l’ensemble de l’énergie électrique produite, une forte hausse des prix et un manque d’énergie ne sont pas à exclure. En attendant le Japon prône l’utilisation des sources d’énergie alternatives. En témoignent notamment les négociations avec la Russie.

« Les deux pays mènent des négociations sur les fournitures de gaz liquéfié. Il va de soi que l’opinion publique exigera le gel de la construction de centrales nouvelles et l’arrêt des centrales existantes. D’autant plus que la question sera exacerbée par les informations sur le danger sismique. Les Japonais passeront entièrement au gaz, au charbon et à l’énergie éolienne. Ils vont développer des technologies nouvelles à l’instar de l’Allemagne», note Oleg Dvoïnikov, rédacteur en chef de la revue Stratégie atomique.

Il y a littéralement une semaine un puissant séisme de magnitude 7 a été enregistré sur le territoire du Japon, envenimant les débats sur le danger de l’existence même des centrales nucléaires. Toutefois le parti que le gouvernement prendra dans la confrontation des intérêts du patronat et des millions de Japonais reste un mystère.

A en juger d’après le violent débat entre les autorités chinoises et japonaises à propos de la limitation par Pékin des importations de terres rares tellement indispensables à l’industrie japonaise la situation peut évoluer vers le développement de l’énergie nucléaire. Car Tokyo redoute surtout sa dépendance vis-à-vis des importations. Pour l’éviter le pays aura besoin de nouvelles centrales nucléaires. T

Publicités

1 Response to "Le dilemme énergétique du Japon"

Le Japon n’en a pas fini…contruire autant de centrales nucléaire dans un espace aussi restreint est une preuve d’irresponsabilités prises par l’ensemble des élus et industriels à la recherche de toujours plus d’enrichissement. Voilà où nous emmène la folie des hommes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Traducteur Google

Bannière du site

La diversité est une richesse, l’art un moyen d’expression

La diversité est une richesse, l'art un moyen d'expression

Contact

japonpassiondesylv1@live.fr

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 444 autres abonnés

Sondage

Catégories

Fréquentation

  • 341,306 visiteurs
hobbies
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter hobbies
jeux de casino

Fréquentation du blog

Livre d’or

météo Japon/France

%d blogueurs aiment cette page :