Japon Passion de sylv1

SABURO SAKAÏ ,le « pilote-samouraï »

Posted on: 11 avril 2011


excellent article de la source:http://www.flyandrive.com/sakai01.htm

histoires
La signature de Saburo Sakaï - Caligraphie japonaise
SABURO SAKAÏ ,
le « pilote-samouraï« 
Portrait de saburo Sakaï avec son sabre de cérémonie

Illustrations Benjamin Freudenthal
Sources et documentation :
« Les combats du ciel : les as de la Marine Impériale Japonaise » (Editions Del Prado-Osprey Aviation) – La magazine AVIONS n° 138 (Lela Presse : http://www.avionsbateaux.com) – « Les ailes japonaises en guerre » par M. Okumiya, J. Horikoshi, M. Caidin
 

English version

Saburo Sakaï était natif de la région de saga. Fils de Samouraï , ayant grandi au sein d’une famille pauvre, il préféra entrer dans la Marine en 1933 plutôt que subir l’humiliation de l’échec à l’école. Le jeune marin, affecté sur le cuirassé Kirishima regardait alors avec émerveillement le ballet des avions qui passaient en trombe au milieu des navires…


Saburo Sakaï jeune pilore en 1938 devant un « Claude ».
… Il parvint à devenir élève pilote malgré deux échecs à l’examen d’entrée et sortit même premier de sa promotion. Le jeune pilote se montre ensuite très impatient lors de ses débuts dans la campagne de Chine, dans les années trente. Au 2 Kû, il participa à la guerre de Chine, et obtient une victoire lors de son premier combat. N’ayant respecté aucune consigne, saburo Sakaï, plutôt que d’être félicité, se voit sévèrement puni par son chef .Il aura souvent maille à partir avec sa hiérarchie, et n’hésitera pas, en 1942 à faire une guerre personnelle contre les officiers, qui considéraient que l’on pouvait se passer de pilotes non officiers. Dans la JNAF, Les soldats étaient traités en fonction de leur rang, et contrairement aux pilotes Alliés, les aviateurs japonais n’étaient pas toujours des officiers. Un pilote américain était forcément au moins lieutenant ou major. Chez les japonais, un pilote pouvait très bien n’être  » qu’un  » sergent de la troupe. Pour les moins gradés, on servait toujours les mêmes repas et le tabac était interdit. Un jour, pour ces raisons, Saburo sakaï ordonna à son ailier de voler de la nourriture aux officiers et donna à ses hommes la permission de fumer, désobéissant ainsi aux ordres. Le commandant du Kokutaï (escadron) fut donc contraint d’abolir le système en place et les améliorations furent appliquées officiellement.
LES DEBUTS DE LA GUERRE DU PACIFIQUE, LE MYTHE DU  » ZERO « 

Après les succès des campagnes de 1938-39, les japonais pensent que rien ne peut plus leur résister et une vague de nationalisme fanatique traverse tout le pays. Effectivement, entre 1938 et 1942, rien ne résiste aux troupes impériales japonaises. En Chine et en Mandchourie, les adversaires sont laminés et les chefs militaires pensent que le Japon peut mener une guerre de plus grande échelle en Asie pour mettre dehors ceux qu’ils appellent les « impérialistes occidentaux ». Durant l’été 1941, les chefs japonais savent déjà que le conflit avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne est inévitable. Le Japon veut assumer un rôle de super-puissance mais se heurte à un problème crucial : il a un grand besoin de matières premières et celles-ci se trouvent le plus souvent dans des pays colonisés par les occidentaux. Des négociations sont en cours avec le gouvernement américain mais en même temps, l’Amiral Yamamoto prépare une attaque dévastatrice. Celle-ci a lieu le 8 décembre 1941 à Pearl Harbor. Cette attaque porte un coup très dur à la Marine Américaine mais au dam de l’Amiral Yamamoto, les Porte-Avions américains sont absents ce jour là. Pourtant en ce mois de Décembre 1941, la JNAF (Japan Naval Aviation Force) se croit invincible.

En même temps que Pearl Harbor, les japonais lancent des attaques contre les Philippines, Honk Kong et les Indes néerlandaises (Indonésie). La moitié des avions américains sont détruits au sol. Après un second raid le 10 décembre 1941, l’Aviation militaire américaine est réduite en poussière aux Philippines. Le Chasseur japonais Mitshubishi « Zero » s’impose comme le meilleur chasseur de l’époque. L’avion établit un nouveau record de distance entre Formose et et les Philippines avec un parcours de 1000 km « aller-retour ». Comme cette distance était incroyable pour un avion monomoteur, les américains pensaient que ces « Zéros » décollaient de Porte-avions. Dans les Indes néerlandaises, les avions de la RAF, sont taillés en pièce : Saburo Sakaï le raconta par ailleurs dans ses mémoires : « les F2A Buffalo et les Hawk hollandais se révélèrent n’être que des pigeons d’argile. C’étaient des avions rudimentaires et inférieurs. Ils n’eurent jamais aucune chance contre nos Zéros ». La campagne de java se termina la première semaine de mars 1942 avec le reddition de milliers de soldats alliers. Puis en janvier 1942, vint le tour de la Nouvelle Guinée, Rabaul, Kavieng.
Mitsubishi A6M2 T'Aï Nan Ku
Une escadrille de « Zéros », à Saïgon, en Indochine…
dessin de B. Freudenthal
Saburo sakaï est alors affecté au T’aï-Nan Ku basé à Rabaul. Pendant ce temps, les combats avec les australiens et les américains s’intensifient et l’opposition à l’expansion japonaise devient de plus en plus forte. Lors de la bataille de la mer de Corail, le 7 mai 1942, les japonais doivent abandonner leur projet d’envahir Port Moresby. Puis vint la bataille de Midway qui changea le cours de la guerre.
LE TOURNANT : LA BATAILLE DE MIDWAY

En 1942, les spécialistes américains du chiffre ont décrypté les codes de la Marine Impériale Japonaise et l’Amiral Nimitz, aux commandes d’une force inférieure en nombre à Midway, bénéficie de l’effet de surprise. Du 3 au 6 juin 1942, Les japonais vont négliger l’importance de la reconnaissance aérienne et se faire « contrer » par l’audace des stratèges américains. Il y a bien des exploits individuels comme Iyozoh Fujita qui abbat 10 assaillants mais l’Amiral Yamamoto paie cher ses négligences tactiques : la JNAF perd 10 % de ses meilleurs pilotes dans la bataille de Midway. Les américains subissent également de très lourde pertes, notamment dans la première vague d’assaut ou 23 bombardiers « Devastator » sont descendus par les chasseurs japonais, mais ce sacrifice permet de détourner l’attention des « Zéros » et une deuxième vague de bombardiers constituée de bombardiers en piqué Dauntless attaque impunément 3 Porte-avions japonais Le Suryu le Kaga et l’Akagi, sont détruits. Le Hiryû est le dernier Porte-Avion japonais. Celui-ci lance une vague de bombardiers contre le

Yorktown qui est irémediablement touché. Ce dernier sursaut ne permet pas de changer le cours de la bataille car le Hornet lance à son tour une vingtaine de bombardier contre le porte-avion japonais survivant : le Hyriû, touché à plusieurs reprises est la proie des flammes de le proue à la poupe. Il coule emportant avec lui les dernières illusions japonaises…
UN PILOTE CHEVALERESQUE

Le 7 août 1942, les américains débarquent à Guadalcanal et cette nouvelle est comme un nouveau coup de massue pour les japonais basés à Rabaul. Cette île, les japonais l’appelèrent « le cimetière des pilotes de chasse », car outre l’âpreté des combats aériens, il y avait aussi les moustiques et la Malaria ainsi qu’une foule de maladie tropicales qui décimaient la JNAF. Contrairement aux américains qui nettoyaient leur bases avec de l’Insecticide DDT, les japonais n’avait pas réussi à traiter chimiquement leurs bases aériennes contre les moustiques et cette différence joua un rôle essentiel. Ils ne disposaient même pas de la Quinine (médicament contre la Malaria). C’est dans ce contexte difficile que Saburo sakaï, le pilote le plus expérimenté de son « Buntaï » (escadrille), intercepta un Hudson le 22 juillet 1942 avec 7 de ses camarades. Le bimoteur était piloté par le plt/Off australien Warren F. Cowan et Saburo sakaï pensa pouvoir l’abattre facilement, mais Cowan, après une brève poursuite fit demi-tour et réalisa une attaque frontale à 1 contre 8, dispersant les Zéros dans tous le sens. Sakaï, après une longue course-poursuite, parvint à l’abattre finalement. Unique témoin de cette acte de bravoure, le pilote japonais envoya au ministre de la défense Australien, son témoignage en 1997 en demandant que Cowan et son équipage reçoivent une citation à titre posthume pour leur courage. Cela lui fut refusé,la suite

 

Vidéos:youtube

Saburo Sakai Vs Pug Southerland

At the beginning of the Battle of Guadalcanal, August 7, 1942, United States forces shelled Guadalcanal and neighboring Tulagi in the Solomon Islands. Soon after the attack began, 27 Japanese bombers and an escort of 17 fighters took off from Rabaul, Japan’s stronghold and strategic base in the South Pacific. Their mission was to bomb the ships that were supporting the American attack

Saburo Sakai vs 15 Hellcats

The ace pilot’s testimony. Mr. Saburo Sakai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Traducteur Google

Bannière du site

La diversité est une richesse, l’art un moyen d’expression

La diversité est une richesse, l'art un moyen d'expression

Rejoignez moi sur facebook

Contact

japonpassiondesylv1@live.fr

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 346 autres abonnés

Sondage

Catégories

Fréquentation

  • 333,809 visiteurs
hobbies
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter hobbies
jeux de casino

Fréquentation du blog

Livre d’or

météo Japon/France

japon passion de sylv1

%d blogueurs aiment cette page :